02 juin 2006

Un exemple de Gestion Intégrée sur le Littoral des Maures

Réception de chantier de débroussaillement

photo_r_ception_chantier

Dans le cadre de l’atelier thématique sur la forêt, les membres de l’équipe projet ont participé le 1er juin dernier à la réception de chantier du site du Cap Lardier organisée par le service de Défense des Forêts Contre les Incendies (DFCI) du SIVOM du Littoral des Maures. Cette matinée fut l’occasion de constater les travaux de débroussaillement et d’entretien de pistes à caractère de DFCI réalisés sur le Cap Lardier, propriété du Conservatoire du Littoral. Cette action liée à la gestion du Plan Intercommunal de Débroussaillement et d’Aménagement Forestier (PIDAF) s’inscrit dans le cadre des journées organisées pour le projet de Gestion intégrée du Littoral des Maures (GIZC), sur le thème de la forêt.

Cette manifestation était l’occasion d’inviter des représentants d’associations. Cette réception de chantier a permis d’ouvrir une discussion sur le débroussaillement, ses avantages et ses limites. La présentation des travaux effectués sur le site a été réalisée par Monsieur JOLICLERQ (Maître d’œuvre du SIVOM), Madame CARRER (Direction Départementale de l’Agriculture et de la Forêt) et Monsieur GARNIER (Chef du Service DFCI du SIVOM). Ils ont pu clairement expliquer les compromis qu’il a fallu trouver pour prendre en compte les exigences du site classé (valeur paysagère, floristique et faunistique) et répondre à la mise aux normes des pistes DFCI (débroussaillement, élargissement de pistes et création de croisement).

Les partenaires de cette opération et l’ensemble des participants ont exprimé leur satisfaction, considérant qu’un bon compromis avait été trouvé entre lutte contre l’incendie et préservation de la nature.

Au-delà de la satisfaction légitime qui ressort des différents constats, Monsieur DHORNE (Directeur du SIVOM) a indiqué la nécessaire évolution à donner aux démarches DFCI : introduire un principe d’exploitation par des acteurs (publics ou privés) dont l’activité d’exploitant (pastoralisme par exemple) recouvre des tâches d’entretien qui ont le même effet que celles actuellement assumées de façon onéreuse par la collectivité et ce, à la charge du contribuable.

C’est pourquoi l’objectif assigné à la révision du PIDAF qui vient d’être prescrite est de s’attacher à développer le volet Aménagement forestier jusque là négligé par souci de DFCI.

L’équipe projet.

Posté par sivomaures à 18:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Un exemple de Gestion Intégrée sur le Littoral des Maures

Nouveau commentaire